Actualités

Catalogue de Noël et Click and Collect à l'Abbaye !

Catalogue de Noël  - Moissac Tarn-et-Garonne Occitanie Sud-Ouest

L'Abbaye de Moissac met en place un Click and Collect (ou plus exactement un Call and Collect)  pour vous proposer les produits de la boutique ! Et comme les fêtes approchent nous vous avons concocté un calatogue de Noël aux petits oignons !

Télécharger le catalogue

ou

Consulter le catalogue sur Calameo

 

Faire une commande : comment procéder ?

Rien de plus facile : une fois que vous avez fait votre choix, il vous faut passer commande par téléphone au 05.63.05.08.05 ou par mail à l'adresse patrimoine@moissac.fr en indiquant :

- le nom du produit et sa référence

- la quantité souhaitée

- si vous souhaitez un emballage cadeau pour un ou plusieurs produits

- votre nom et prénom 

- le jour et l'heure auxquels vous souhaitez venir récupérer la commande

Bon de commande disponible en fin de catalogue ( ou à télécharger ici)

Le réglement de la commande se fait par chèque, espèce ou carte bancaire au moment du retrait

Récupérer ma commande : où et quand ?

Les commandes sont à récupérer uniquement à l'Abbaye de Moissac - 6 Place Durand de Bredons, du Lundi au Vendredi de 14h à 16h30. Aucune livraison n'est assurée.

Pensez à cocher sur votre attestation de déplacement la case "Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l'activité professionnelle, des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées, le retrait de commande et les livraisons à domicile"

 

Lancement d'un concours sur notre page Facebook !

Vous êtes presque 1200 à nous suivre sur Facebook ! Merci à tous et toutes ! Pour l’occasion nous avons eu envie de faire quelque chose qui sort de l’ordinaire. Mais que pouvons-nous donc vous proposer à l’heure où la situation sanitaire nous a obligé à fermer nos portes et que le confinement nous contraint d’attendre des jours meilleurs pour voyager ? Eh bien qu’à cela ne tienne nous voyagerons mais par la pensée, par l’imaginaire !


Le principe est simple : à partir d’une image tirée du patrimoine moissagais, à vous de nous raconter VOTRE version de l’histoire. Ceux qui le désirent verrons leur prose publiée sur notre compte Facebook et, quand la situation sanitaire le permettra, nous remettrons à chaque participant (ou groupe si vous avez écrit à plusieurs) un souvenir du cloître !


Comment participer ?

Écrire un texte de 100 mots minimum (10 lignes) et l’envoyer à l’adresse l.alliot@moissac.fr, en précisant votre nom et prénom (pour venir chercher votre souvenir) et si vous êtes d’accord pour que nous publions votre œuvre. Laurelyne, notre community manager centralisera vos participations et se chargera de les publier au fur et à mesure.


Dates limites de réception des participations : Du 1er au 31 Décembre 2020


Voici l’image que nous vous proposons : un homme avec une épée (si, si c’est bien une épée !) face à un dragon. Que s’est-il passé pour qu’ils en arrivent là ? Est-ce que l’homme va s’en sortir ? Comment va-t-il faire ? À vous de nous le dire !

Homme à l'épée contre dragon - Moissac Tarn et Garonne Occitanie Sud-Ouest

Évasions bordelaises et magazine Itinérances

Suite à son passage à Moissac, Vincent Micou, blogueur du site Évasions Bordelaises a réalisé un article sur Moissac et, Septembre et récoltes obliges, sur le Chasselas.

Au même moment le magazine Itinérances publie un article sur les chemins de Saint-Jacques où l'on parle évidemment de l'abbaye. Télécharger l'article

Vai en vadrouille en Tarn-et-Garonne

En Octobre 2019 nous avons reçu la blogueuse Vaïkehu Shan pendant son périple tarn-et-garonnais. Retrouvez ci-dessous un extrait de son article, lors de son passage dans la cité uvale !

Moissac et Pays de Confluence

Moissac, abbaye, chasselas & co

Je vais découvrir Moissac et sa fameuse abbaye. En chemin, quelques habitants me demandent si je suis un pèlerin : effectivement, mon énorme sac photo sur le dos peut faire penser aux sacs des pèlerins et marcheurs de Saint-Jacques de Compostelle ! La Via Podensis, le chemin de Saint-Jacques qui part du Puy-en-Velay en Haute-Loire, passe par ici et les marcheurs peuvent ainsi admirer le tympan de l’abbatiale de Moissac. C’est cet élément (au-dessus de la porte de l’abbatiale) qui fait toute la renommée de la ville par sa complexité et son incroyable conservation au fil des siècles. Le reste de l’abbaye n’est pas en reste, et je m’amuse à jeter un coup d’œil à chaque chapiteau des colonnes du cloître.

Cloître de Moissac - (c) L.Alliot - Occitanie Sud Ouest Moissac Tarn et Garonne

Je déjeune face au tympan de l’abbatiale, au Florentin, en sirotant un grand verre de chasselas de Moissac, un raisin de table (jus de raison local en somme). Je ne pensais pas dire ça, mais c’est clairement le meilleur jus de raisin de ma vie, sans exagération ! Et pourtant, je bois régulièrement du jus de raison fait maison par mes beaux-parents (anciens maraîchers en Haute-Loire), donc la barre était déjà haute. Je savoure également un poisson grillé (ne me demandez pas lequel, je ne m’en souviens plus mais il était bon et très frais), je me perds encore un peu dans Moissac et je pars pour la suite de ces aventures tarn-et-garonnaises.

Tympan de Moissac - (c) L.Alliot - Occitanie Sud Ouest Tarn et Garonne Moissac

Pour lire l’article complet, c’est par ici !

Exceptionnelle découverte à Moissac : le portrait de Louis XV était un trésor négligé depuis deux siècles

La découverte d’une minuscule mention a révélé que le tableau qui occupait depuis 1824 la salle du conseil municipal de Moissac, en Tarn-et-Garonne, n’est pas une vulgaire copie. Peinte en 1766 par Frédou au Musée royal du Louvre, cette réplique est une pièce exceptionnelle, qui pourrait être reconnue monument historique le 4 février.

Philippe Carriol, régisseur des collections, & Céline Piazza devant le tableau - Occitanie Sud Ouest Tarn et Garonne Moissac

Pendant près de 195 ans, habitués et visiteurs de la salle du conseil municipal de Moissac ont considéré d’un œil vaguement intéressé ce grand tableau accroché au mur du fond - quand ils ne l’ont pas tout bonnement ignoré. L’œuvre est pourtant inévitable (2m65 par 1m95), et c’est tout de même Louis XV en costume de sacre, scène célébrissime, portrait honoré par tant de manuels d’histoire du collège, mais la copie, quoique ancienne, était réputée quelconque. C’en est désormais fini de l’irrévérence envers l’arrière-petit-fils du Roi Soleil. À la faveur d’un heureux hasard, l’injustice sera réparée.

Justice, enfin

« On savait qu’en 1824, à la demande du maire de Moissac, le marquis de Bellissen, député de Tarn-et-Garonne a demandé à la maison du roi un portrait de Louis XVIII pour honorer la ville », raconte Emmanuel Moureau, directeur du service municipal du patrimoine. La maison ne peut honorer la commande, elle ne dispose plus d’aucun exemplaire – « elle en avait fourni un à la ville de Castelsarrasin quelque temps auparavant… ». Mais Bellissen ne renonce pas.
« Il est ami du comte de Forbin, directeur du Musée royal du Louvre, qui lui envoie ce portrait de Louis XV. Les Moissagais sont un peu déçus, ils espéraient un portrait du souverain contemporain, mais ils l’accrochent dans la salle du conseil ». L’œuvre y restera donc pendant près de deux siècles, dans l’anonymat que l’on sait, jusqu’au 14 novembre dernier.

L’œil de Céline

Dans la salle du conseil municipal, des travaux s’imposent. Meubles et œuvres sont priés de quitter momentanément les lieux. Le Louis XV est décroché, puis délicatement posé au sol par le personnel du service du patrimoine, qui en profite pour examiner cette pièce quelque peu oubliée. Céline Piazza scrute le bas de la toile. Elle aperçoit une mention subtilement glissée dans un détail du siège : « Peint en 1766 par Frédou aux frais des musiciens de la chapelle du R », pour « roi ». « Je la signale à Emmanuel, sans imaginer que cette marque n’était pas répertoriée. » Le directeur se trouble. « C’est excessivement intéressant ! ».

Emmanuel Moureau, directeur du service patrimoine de la ville de Moissac - Occitanie Sud Ouest Tarn et Garonne Moissac

La suite de l’examen révèle, sur le cadre et le châssis, des marques au feu confirmant le lieu de création, le Musée royal du Louvre. Jean-Martial Frédou de la Bretonnière, dit Frédou, est le copiste du Cabinet des tableaux du roi. « Le tableau n’est donc pas une simple copie, mais une réplique officielle, certifiée conforme à l’original peint en 1763 par le maître Louis-Michel van Loo, qui a été perdu et que l’on ne connaît qu’à travers les répliques », explique Emmanuel Moureau. « C'est une œuvre majeure ». Seules deux répliques du chef-d’œuvre sont aujourd’hui répertoriées ; l’une est à Versailles, l’autre à Beaune.
La troisième sera « bientôt » reconnue.

Seconde chance

Le 17 décembre, le conseil municipal a décidé de soumettre le tableau à la commission régionale du patrimoine de l’architecture, en vue d’une « inscription » au titre de monuments historique. L’audience aura lieu le 4 février, et l’affaire ne devrait pas présenter de difficulté, estime-t-on au service du patrimoine. Le véritable enjeu est le second échelon, le « classement ».

Témoignage d’un intérêt de niveau national, gage de plus fortes subventions de l’État pour les travaux de restauration, il est attribué par la commission nationale. « Ce sera beaucoup, beaucoup plus long », anticipe Emmanuel Moureau « La commission se réunit deux fois par an, et il y a embouteillage de dossiers. »
Sans attendre ce classement, mais après un brin de toilette qui s’impose malgré la belle allure générale du tableau, les Moissagais pourront bientôt jeter un nouveau coup d’œil au Frédou, certainement plus appuyé que le précédent.

Article écrit par Gilles Caprais et publié dans "La Dépêche", le Mercredi 8 Janvier 2020
Pour les abonnés, une vidéo est également disponible sur leur site internet

EDIT : Le journal Le Parisien a également fait un article sur le sujet que vous pouvez retrouver ici

La nouvelle entrée Saint-Julien est enfin ouverte au public !

Pendant plusieurs mois, des travaux étaient en cours afin d’offrir au public une toute nouvelle porte d’entrée vers le cloître. Un aménagement spécialement pensé pour les visiteurs et leur découverte. Que va-t-on y trouver ?

Le 21 septembre, à l’occasion des journées européennes du patrimoine, la nouvelle entrée du cloître située aile Saint-Julien a ouvert ses portes au public, après plusieurs mois de travaux. Une vraie transformation sur l’aménagement intérieur et le contenu proposé aux visiteurs.

Cette salle, libre d’accès et gratuite pour tous, est destinée à la fois aux futurs visiteurs du cloître, mais également aux personnes souhaitant simplement découvrir la ville, l’art roman local ou flâner dans la boutique. Ainsi, la pièce a été pensée à cet effet : des outils de découverte en premier plan, la boutique au second, puis la banque d’accueil au fond de la pièce pour passer à la visite.

A l’entrée, deux tables numériques tactiles, avec fauteuils, offrent une présentation de l’art roman. Une table consacrée aux Grands sites Occitanie, l’autre au monde roman. Sur le mur opposé de la pièce, une planche de 4,5 x 1,5 m composée de 5 écrans leur fait face. A travers un diaporama photos, il s’agit là de valoriser les sites romans à proximité, étant tous historiquement liés à Moissac tels que Cahors, Lauzerte, Carennac ou Duravel.

Au milieu de la pièce, les objets de la boutique déjà existante sont présentés, avec une gamme de produits enrichie dont davantage de jeux enfants, d’ouvrages de référence et dans des langues étrangères. Le patrimoine met également l’artisanat local en avant avec des produits inspirés de l’abbaye et confectionnés par des artistes locaux : « Au fil d’émaux », émailleuse moissagaise, M. Velez, bijoutier moissagais et « La Poterie de la Hulotte » située à Caylus.

Au fond de la pièce, après avoir passé la banque d’accueil, c’est là que se trouve le passage pour rejoindre le cloître. Une porte automatique a été choisie afin qu’aucun élément ne s’appuie sur le mur de l’édifice dans le but de respecter au maximum le lieu. Tout cet aménagement a également été imaginé dans un souci d’accessibilité sur un seul niveau avec un mobilier à hauteur de chaise roulante (tables tactiles, banque d’accueil) et des portes automatiques permettant aux personnes à mobilité réduite de circuler librement dans cet espace.

Nouvelle entrée du cloître - SudOuest Occitanie Moissac

 Article publié le 23 Septembre 2019 par le service communication de la ville de Moissac, sur le site de la mairie.

Abbaye de Moissac : le début des travaux du musée

Depuis 2014, la municipalité s’est engagée dans un projet d’amélioration et d’extension du parcours de visite de l’abbaye de Moissac. Cet hiver voit la réalisation de la première phase : la modification de l’espace d’accueil.

L’aile Saint-Julien aménagée en 1991 par l’architecte en chef des Monuments Historiques, Bernard Voinchet va être modifiée afin de devenir le véritable lieu d’accueil dans l’abbaye de Moissac, tout au long de l’année. L’architecte Sébastien Loiseau et le muséographe Gilles Vignier ont conçu un aménagement sobre, efficace et respectueux de l’édifice. La façade vitrée dans laquelle se reflète la tour du clocher porche va être avancée d’une travée pour la rendre plus visible tout en augmentant l’espace intérieur. Elle sera réalisée à l’aide de matériaux modernes assurant une meilleure isolation thermique que la paroi actuelle.

Les visiteurs pourront flâner dans la boutique sans forcément prendre un ticket d’entrée et l’attente pour la billetterie sera ponctuée d’une vidéo présentant l’évolution de la ville de Moissac, introduction au parcours du musée qui prendra place à l’étage de l’aile orientale du cloître.

Cet espace servant d’entrée et de sortie dans le site majeur de l’art roman qu’est le cloître de Moissac, servira de zone d’attente « intelligente » au visiteur. Des outils numériques mettront en valeur les sites romans du territoire labellisés Grands Sites Occitanie « Moissac-Auvillar-Lauzerte », mais également les autres sites majeurs de l’art roman présents dans la région, sur le territoire national et européen.

Aile Saint-Julien : préfiguration des nouveaux aménagements
Aile Saint-Julien : préfiguration des nouveaux aménagements

A la découverte du fascinant « Légendier de Moissac »


A l’occasion de la sortie du livre « Le légendier de Moissac et la culture hagiographique méridionale autour de l’An Mil », intéressons-nous au travail d’écriture réalisé par les moines de l’abbaye à la grande époque du scriptorium.

Sans doute depuis ses très anciennes origines, mais au moins dès le Xe siècle, l’abbaye Saint-Pierre de Moissac possédait une bibliothèque. En effet, certains de ses moines bénédictins s’affairaient plusieurs heures par jour à recopier à la main, munis de plumes taillées, des livres manuscrits venus d’autres monastères. A partir du milieu du XIe siècle et de l’entrée de Moissac dans le groupe de monastères dirigé par l’abbaye de Cluny en Bourgogne, l’activité des copistes s’intensifia. La Bibliothèque Nationale de France, à Paris, conserve près de 150 des manuscrits confectionnés à Saint-Pierre de Moissac entre environ 1050 et 1150. Ces ouvrages sont souvent ornés de peintures qu’on nomme “enluminures”, quelques-unes sont des chefs-d’œuvre de l’art roman (comme les sculptures du portail et du cloître). La majorité des livres sont évidemment des textes religieux mais il y a aussi des traités scientifiques et des livres d'”histoire”. Certains manuscrits conservés sont très rares : la collection moissagaise compte une des dix seules copies connues de “La guerre des Gaules” de César, ce général romain qui a conquis notre pays. Par chance, la bibliothèque moissagaise médiévale n’a pas été détruite, comme c’est le cas pour de nombreuses autres bibliothèques. Le ministre de Louis XIV, Colbert, a fait transporter ce trésor de manuscrits vers Paris, en 1678, avant que les rats ne finissent leur travail de destruction.

Si, comme nous l’avons dit, les moines scribes travaillèrent beaucoup après 1050, le “légendier” est la preuve que Moissac était déjà un centre de culture important aux alentours de l’an mil. Un “légendier” chrétien est un recueil contenant les récits de la vie, du martyre subi, des miracles accomplis par des personnages saints depuis les origines du christianisme. Le “légendier” constitué à Moissac (en deux tomes, dont l’un est incomplet) est le plus ancien légendier du sud de la France.

En 2014, l’université de Toulouse organisait, à l’initiative de l’enseignant- chercheur en histoire Fernand Peloux, un colloque réunissant une vingtaine de spécialistes, dont Chantal Fraïsse, la directrice du Centre d’art roman moissagais, pour mieux connaître (et faire connaître) le célèbre “légendier” de Moissac. Les actes de ce colloque (communications mises par écrit) viennent de paraître sous le titre : Le légendier de Moissac et la culture hagiographique méridionale autour de l’An Mil. Ce gros ouvrage permet de mieux comprendre comment a été constitué ce recueil : combien de scribes ont travaillé pendant les trois années environ qui ont été nécessaires pour réaliser notre manuscrit (546 pages pour le tome complet). Par qui les enlumineurs furent-ils inspirés ? Dans quel contexte historique ce travail fut-il mené à bien ? Les travaux des spécialistes d’hagiographie (étude des récits de vie de saints) ont bien mis en lumière le grand intérêt et la richesse de cette collection qui a, selon Fernand Peloux, largement fondé la mémoire hagiographique des terres méridionales (et davantage). Il y a des saints très connus : Martin, le légionnaire qui a partagé son manteau avec un pauvre, Augustin l’auteur-philosophe chrétien, Cyprien l’évêque qui deviendrait patron de Moissac ; il y a des saints locaux : Saturnin (devenu Sernin) évêque martyr de Toulouse, Foy jeune martyre d’Agen dont les reliques ont été dérobées par des moines de Conques, etc. Mais l’origine de ces saints est souvent très lointaine : aux espagnols (Vincent le patron des vignerons, les soeurs Juste et Rufine de Séville qui auraient été déchirées par des griffes de fer) s’ajoutent des personnages venus de tout le bassin méditerranéen : Cyr (ou Cirice) et sa mère Julitte ont été martyrisés pour défendre leur nouvelle foi chrétienne à Tarse en Turquie actuelle. Il y a des textes extrêmement rares, voire uniques, comme celui concernant saint Vamnès issu de Perse. On ne peut pas toujours expliquer par quelles voies les textes- modèles sont arrivés pour y être regroupés à Moissac mais on peut constater que le réseau des échanges dans le haut Moyen Âge était dense et actif. C’est peut-être ce dont témoigne le mieux le “légendier” moissagais.

Le légendier est orné de lettrines réalisées entre 1020 et 1030 par différents moines enlumineurs. Ce type de décor plébiscité dans les manuscrits de l’époque romane consiste à mettre en valeur par la couleur et différents motifs la première lettre du premier mot commençant le chapitre. Les enlumineurs ayant œuvré sur ce manuscrit ont utilisé, chacun selon leur propre style, le motif de la palmette aquitaine : un rinceau de feuillage blanc s’épanouissant en diverses folioles sur un fond coloré.